Il était une fois le Château d’Azy…

À peine aurez-vous franchi le portail d’entrée et suivi la longue allée ombragée qui serpente à travers le vaste parc à l’anglaise que vous tomberez sous le charme du Château d’Azy. Au détour d’un bosquet, vous apercevrez quelques pans de sa façade majestueuse de style Renaissance…

Imaginez-vous entrer dans cette vaste et élégante demeure au son d’une Nocturne de Chopin délicatement jouée sur le piano à queue sur lequel il donna ses leçons… Vous y êtes ! Bienvenue dans l’histoire du Château d’Azy.





Faites défiler la page pour voir la suite

Rayonnant par l’histoire de ses propriétaires et hôtes successifs, le Château est l’un des joyaux de son pays, les Amognes, d’une très grande beauté romantique. Vallonnements ouverts, paysage de bocage et de forêts, la propriété s’inscrit dans cet ensemble harmonieux qu’elle domine par son emplacement choisi avec soin en 1846. Il faut découvrir la vue à 360 degrés depuis le solarium sur le toit pour le comprendre pleinement.

Construit entre les années 1846 et 1851 par le comte Denis Benoist d’Azy, il profite d’une situation privilégiée au cœur d’un domaine agricole surplombant le bourg de Saint-Benin à l’est et l’Ixeure à l’ouest.

Dessiné par Delarue, architecte angevin, sur un modèle première Renaissance, il est l’un des rares représentants de ce style dans la Nièvre, et présente de grandes similitudes, par sa forme et son plan, avec le Palais Ducal de Nevers, tout en intégrant les principes de vie du XIXème siècle. Demeure opulente, elle incarne la réussite sociale de son propriétaire, homme politique et industriel de première importance dans le département.

​

Construit entre les années 1846 et 1851 par le comte Denis Benoist d’Azy, il profite d’une situation privilégiée au cœur d’un domaine agricole surplombant le bourg de Saint-Benin à l’est et l’Ixeure à l’ouest.

Dessiné par Delarue, architecte angevin, sur un modèle première Renaissance, il est l’un des rares représentants de ce style dans la Nièvre, et présente de grandes similitudes, par sa forme et son plan, avec le Palais Ducal de Nevers, tout en intégrant les principes de vie du XIXème siècle. Demeure opulente, elle incarne la réussite sociale de son propriétaire, homme politique et industriel de première importance dans le département.

 

Député de la Nièvre et du Gard, Vice-président de l’Assemblée Nationale en 1851, Denis Benoist d’Azy a contribué à de nombreux développements économiques et industriels, dans les domaines des mines, des forges, du chemin de fer et de l’agriculture. Son fils Paul lui succède dans ces activités, ajoutant l’industrie à la culture et la pensée politique.

Le Château d’Azy est alors, dans la deuxième moitié du XIXème siècle, un centre culturel actif, où les penseurs sociaux et les artistes influents de l’époque se croisent : Montalembert, Winterhalter, Chopin… Y sont rédigées les premières lois sociales pour la protection des ouvriers, proposées à la Chambre, qui contribuèrent à inspirer bien plus tard la mise en place de la Sécurité Sociale.

Les archives du Château intéressant l’histoire politique, économique et sociale de cette période ont été versées aux Archives Nationales en 1979.

​

En 1918, par mariage, le Château devient la propriété d’une famille influente de très ancienne noblesse, dont le rayonnement se situe à l’échelle européenne. Cette famille, dont les liens avec la Bourgogne remontent au XIVème siècle, est également liée à la famille de Clèves et au Duché de Nevers.

Les liens entre les propriétaires du Château et le pays environnant restent forts depuis. Pendant la seconde Guerre Mondiale, le Château est un haut lieu de résistance, une Safe House pour les parachutistes anglais, et un accueil de réfugiés et d’enfants juifs sauvés des camps.

Pendant la deuxième moitié du XXème siècle, le lieu s’illustre encore par ses activités, promotion et amélioration de la race charolaise, festival rock, golf de renommée internationale dessiné par Antoine d’Ormesson…

Depuis 2004, le Château est devenu la propriété de passionnés du patrimoine. Très attachés à son histoire et à son importance, ils ont entrepris sa rénovation profonde, respectueuse et attentionnée. Ils ont souhaité que soit maintenu l’esprit du lieu : une grande maison de famille, accueillante et ouverte au monde, inscrite dans l’avenir. Ils en ont confié les principes et les clés à l’agence Duplessis, enfant du pays, qui depuis reçoit au Château des particuliers, des entreprises, des artistes, comme à la maison…

Poursuivez votre visite !

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une meilleure expérience de navigation et pour nous permettre réaliser des statistiques anonymes de visites.